Fanboys 1


N’ayant pas profité d’une sortie en France, Fanboys est resté inédit depuis 2009. Enfin disponible en DVD chez Wild Side, l’histoire de ces quatre potes fans de Star Wars au point d’entreprendre l’aventure de leur vie pourrait bien être le film de l’été…

Fanboys

Georges Lucas in Love

Il y a quelques années, dans la même galaxie que la nôtre, une bande de potes ont un seul rêve, ou plutôt une seule attente : voir l’épisode I de Star Wars, La Menace Fantôme. Eric Bottler, Linus, Windows, Hutch et Zoe sont nés en pleine « Star Wars mania », ils ont grandi avec l’espoir de voir la nouvelle trilogie. Leur unique Dieu est George Lucas : ce sont des fanboys, plus forts que des fans, plus forts que des geeks, leur vie entière est rythmée par les combats au sabre laser, les batailles spatiales à bord de X-Wings, les allers-retours sur Tatooine et les road trips à bord de leur Van Impérial.

Movie_review_film_critic_pictures_screen_shots_Fanboys_2009_2

En 1998, le tournage et le montage de l’Episode I tant attendu est officiellement fini ; une aubaine pour les fanboys, qui ont même mis au point le compte à rebours qui les informe du temps qui les sépare de la sortie du film. Ils décident pourtant d’aller jusqu’au bout de leur rêve de gosses : s’introduire dans le Skywalker Ranch, voler l’unique copie détenue par l’Intouchable George, et ainsi voir le film avant le monde entier. Une bien belle quête qu’ils souhaitent mener jusqu’au bout : ils considèrent ça comme leur Etoile Noire, leur ultime combat de fans.

Fanboys, en deux mots, c’est LE film qu’on attendait, le film qui manquait à l’univers Star Wars. Prenez un teen movie, ajoutez-y une pincée de Very Bad Trip (en bien plus amélioré), une énorme dose de George Lucas et remuez en additionnant tous les éléments que la plupart des teen movies n’ont pas (autrement dit du talent et des blagues drôles) : vous obtiendrez la comédie la plus jouissive de la galaxie. Tout fan de la saga va se reconnaître ici, que ça soit celui qui ne supporte pas qu’on insulte Han Solo, celui qui passe ses journées à chatter sur un forum Jedi, ou celui qui appelle sa main droite Leia. Le scénario est bourré de références, évidemment, mais aussi de gags plus drôles les uns que les autres. Impossible de ne pas rire lorsque les fanboys, à bord de leur van, échappent à une course-poursuite avec les flics en passant en vitesse lumière, ou encore lorsqu’ils affirment qu’Harrison Ford est le meilleur acteur du monde et qu’il n’a jamais joué dans aucun mauvais film… pendant qu’ils passent devant une affiche de 6 jours, 7 nuits.

Fanboys-Movie-Picture-01

Des références cultes, il y en a c’est sûr, de Star Wars à Indiana Jones, en passant par Star Trek et Willow (oui, sérieusement), mais Fanboys regorge également de guest-stars, parmi lesquelles Carrie Fisher (oui, mais pas dans le rôle que l’on attend…), William Shatner (oui, mais dans le rôle que l’on attend…), Billy Dee Williams, Kevin Smith, Ray Park, Danny Trejo… En bref, rien n’a été négligé, du déroulant qui ouvre le film aux gags absurdes, en passant par les clins d’oeil qui engendrent pas mal de grosses poilades.

Tourné en 2006, Fanboys a vécu une longue période de hauts et de bas, pendant laquelle il a été « George Lucas approved », puis « Kevin Smith approved », mais n’a pas réussi à convaincre de producteurs. Finalement sorti en 2009, il a été complètement zappé de nos salles pour arriver seulement maintenant en DVD et Blu-Ray avec plein de bonus-même-qu’ils-déchirent-trop, disponible depuis le 3 août chez Wild Side Video. Un petit bijou dont le seul gros défaut est peut-être de vouloir trop parler aux fans, Fanboys est néanmoins et sans conteste notre comédie de l’été.

Valentin Maniglia

Partager cet article sur :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Un commentaire sur “Fanboys